NON à l’initiative anti-minarets

Une initiative inutile, populiste, xénophobe

L’initiative anti-minarets, sur laquelle le peuple est invité à voter le 29 novembre prochain, bat tous les (tristes) records du populisme nauséabond qui pollue depuis trop longtemps la vie politique suisse. Ça,r non contente d’être provocatrice et xénophobe, elle est de surcroît parfaitement inutile. Un problème inexistant Inutile parce qu’elle invente un problème inexistant : la prétendue prolifération de minarets en Suisse. Prolifération ? Il existe à ce jour, dans toute la Suisse, soit sur une superficie de 41’285 km2 pour 7,7 mio d’habitant-e-s, seuls 4 minarets en tout et pour tout, et un seul projet de construction en cours. Convoquer le peuple à se prononcer sur un non-objet n’a donc aucun sens et témoigne d’un manque de respect profond pour le-la citoyen- ne. C’est la démocratie directe, si chère à l’ensemble de la population et souvent citée comme exemple par nos voisins, proches ou lointains, qui s’en trouve ainsi galvaudée. Et que dire des arguments des initiants ? Les arguments architecturo-paysagistiques confinent au ridicule : les minarets, comme n’importe quelle construction, sont soumis à des autorisations de construire et à un cadre légal existant garantissant déjà la prise en compte de ces aspects. Le reste n’est qu’une question de goûts. Dans cette logique, il faudrait également interdire la construction d’églises, d’immeubles ou de ponts sous prétexte que certains d’entre eux seraient d’une esthétique douteuse ne suscitant pas l’enthousiasme de l’ensemble de la population…

Xénophobie pure et simple

S’opposer à la prétendue « islamisation rampante » de la Suisse ? On a beau chercher, on ne trouve pas en quoi l’interdiction des minarets empêcherait une partie de la population de vivre sa foi et de la pratiquer dans des lieux de culte. Pratique religieuse, faut-il le rappeler, par ailleurs garantie par la Constitution fédérale… Mais, plus grave encore, à l’inutile s’ajoute ici l’expression de l’intolérance, d’une croisade d’un autre temps, et d’une xénophobie crasse faite d’ignorance et de rejet viscéral de l’Autre. Car de l’aveu des initiants eux-mêmes, le minaret est un symbole. Symbole d’une religion prétendument « extérieure à la culture et à l’identité de la Suisse ». C’est donc bien l’Autre, l’Étranger, que cette initiative attaque. Un Étranger identifié de surcroît à une menace obscurantiste et terroriste par les initiants.

Leurs affiches relèvent ainsi d’idéal-type : l’illustration éclatante de la significations des mots amalgame et provocation. Et c’est là un autre argument avancé par les initiants qui ne peut que nous faire hurler à la bêtise ignorante : d’une part parce qu’encore une fois, on ne voit pas en quoi l’interdiction des minarets pourrait de quelque manière contribuer à combattre l’extrémisme religieux, et d’autre part parce qu- ’elle assimile l’ensemble d’une confession et d’un groupe de personnes à une dérive non seulement minoritaire, mais qui de surcroît n’a rien à voir avec ses fondements.

Ça suffit !

L’équation des initiants est simpl(ist)e : minarets = étrangers- ères = terroriste. La vraie nature de cette initiative est donc révélée : inutile parce que ne répondant à aucun problème réel, xénophobe parce que s’attaquant à une catégorie de la population identifiée comme étrangère, et populiste parce qu’érigeant les pires amalgames au rang de pseudo- vérités. En d’autres termes, cette initiative résulte d’une intention purement démagogique, d’une énième intention d’exploiter de manière éhontée et à aucune autre fin qu’électoraliste les peurs et le rejet de l’Autre.

Non contente d’être provocatrice et xénophobe, cette initiative est de surcroît parfaitement inutile.

C’est pourqoui le SIT appelle à la rejeter massivement.

Plus d’informations sur le site de la coordination contre l’exclusion et la xénophobie (StopEx)



Campagnes