La pénibilité reconnue aux HUG : une victoire pour les métiers féminins

Suite à l’adoption de la loi sur la CPEG, le Cartel intersyndical de la fonction publique dont le SIT est un membre actif a rencontré le Conseil d’Etat pour discuter du règlement d’application sur la pénibilité physique. Dans ce cadre le SIT, initiateur de la notion de pénibilité, appuyé par le Cartel a farouchement défendu la reconnaissance de la pénibilité physique pour les métiers de la santé.

Les résultats de ces discussions sont concluants :

- Sur les 40’596 affilié-e-s actifs-ves (hors cadres) à la CPEG, la pénibilité physique est reconnue pour environ 8’000 personnes, soit le 20%.
- 59% des activités à pénibilité physique concernent les métiers des soins (HUG, aide à domicile, EMS, etc).

Pour les HUG : 19 métiers exercés au sein des HUG sont reconnus pénibles, soit le 56 % des salarié-e-s.
- agent d’exploitation centre de contrôle
- agent de propreté & hygiène
- aide hospitalie-ère
- aide soignant-e
- assistant-e en soins communautaires (ASSC)
- assistant-e technique stérilisation
- buandier/blanchisseuse
- cardiomobiliste
- chauffeur ambulancier
- chauffeur poids lourds
- cuisinier
- horticulteur-jardinier
- infirmier-ère assistant-e
- infirmier-ère diplomé-e
- infirmier-ère spécialisé-e
- nurse
- préparateur en pathologie
- sage femme diplômée
- transporteur brancardier

Seul bémol, l’absence des techniciens analyse biomédicale 1&2 (anciennement connus sous l’appellation de laborantin-e-s) qui figuraient encore dans la liste au terme des discussions en mars mais qui ont été écartés. Lors d’une prochaine rencontre avec le Conseil d’Etat, le SIT ne manquera pas de manifester son plus profond désaccord et demande que cette fonction soit réintégrée dans la liste. Par ailleurs, pour les activités qui mériteraient la reconnaissance de la pénibilité, la poursuite du débat est nécessaire.


La notion de pénibilité en trois critères : sollicitation physique ; influences environnementales ; temps de travail irrégulier. La personne qui occupe une activité reconnue pénible peut partir à la retraite 3 ans avant l’âge pivot fixé à 64 ans sans perte sur le montant de la rente.


L’action syndicale porte ses fruits, le SIT a mené une longue bataille pour que les métiers de la santé, à majorité féminine, intègrent la liste des activités à pénibilité physique.

Pour toutes questions, passez à nos permanences : les mardis de 10h30 à 13h30 et les mercredis de 14h à 18h au siège du SIT, 16 rue des Chaudronniers – TPG bus n°7 – arrêt musée d’art et d’histoire

Lien vers la version imprimable du tract



Documents joints