Service des Espaces Verts (SEVE) : Vers un déverdissement de la Ville ?

Genève, le 19 septembre 2014 - Le Conseiller administratif Guillaume Barazzone n’a pas défendu, au projet de budget 2015, de nouveaux postes en suffisance pour le SEVE. Avec 30 jardiniers en moins en quelques années, on est en droit de se demander si la politique du Département de l’environnement urbain et de la sécurité ne vise pas le déverdissement de la Ville.

Le 27 août dernier, la Conseillère administrative en charge des finances, Mme Sandrine Salerno, a présenté le projet de budget 2015 de la Ville, ainsi que le détail des nouveaux postes demandés par et pour chaque département. Malgré la démonstration d’un sous-effectif chronique sur le terrain, seuls trois postes supplémentaires de jardiniers ont été demandés pour l’entretien d’une nouvelle surface, le Parc Hensch, qui ouvrira en avril 2015. En clair, cela signifie que le personnel actuellement en place ne sera aucunement soulagé dans ses tâches quotidiennes dans les différents autres quartiers.

La politique du Département de l’environnement urbain et de la sécurité a bien évidemment des conséquences. Comme tout un chacun peut s’en rendre compte en se promenant dans la ville, de plus en plus de surfaces sont négligées, voire abandonnées. De nombreux endroits, qui auparavant étaient embellis et entretenus par les jardiniers de la Ville, ne sont plus que pelouses ou broussailles. Certains bosquets et massifs de fleurs qui agrémentaient nos parcs et nos rues ne sont plus qu’un lointain souvenir.

L’équation est simple : moins de personnel signifie moins de fleurs et moins d’espaces verts entretenus.

Et comme une image vaut mieux que mille mots…

lien vers les autres photos avant/après

Pour rappel, le personnel de terrain a tiré la sonnette d’alarme il y a maintenant plus d’une année et a, à réitérées reprises, attiré l’attention de son magistrat de tutelle sur le manque récurrent d’effectifs. A la fin mai, lors d’une réunion entre le SSP, la commission du personnel et M. Barazzone, une analyse des besoins - commanditée par ce dernier à la direction du service - a démontré que le SEVE souffrait de sous-effectif chronique : des absences non remplacées (taux d’absence pour cause de maladie ou accidents de 9 à 10%) et des limitations médicales (environ 25 jardiniers concernés) venaient s’ajouter aux 30 postes supprimés depuis 2008.

Le Conseiller administratif aime communiquer sur les nouveaux projets éphémères comme Urbanature, programme de végétalisation temporaire, qui lui permettent d’avoir bonne presse en cette année pré-électorale, mais qu’en est-il du reste ? Une ville qui néglige ses espaces verts, est-ce vraiment ce que veulent les Genevoises et les Genevois ?

Le personnel de terrain du SEVE, soucieux d’un service public de qualité, a déjà manifesté son inquiétude par différents moyens : une action à l’Horloge fleurie en mars, une manifestation bruyante devant les bureaux de M. Barazzone en mai et enfin la distribution de la résolution de l’AG du personnel au Conseil Municipal en juin.

Aujourd’hui, en démontrant par l’image les changements qui s’opèrent dans la Ville, les collaborateurs/trices du SEVE demandent aux autorités d’assumer leurs responsabilités : au magistrat en mettant immédiatement en place le remplacement du personnel en absence et au Conseil municipal en prévoyant des postes supplémentaires en suffisance pour le personnel de terrain en 2015.

Pour tout renseignement :

Sabine Furrer, secrétaire syndicale SSP – 022 741 50 80

Valérie Buchs, secrétaire syndicale SIT – 022 818 03 00

Lien vers la version imprimable du communiqué



Documents joints

Campagnes