4X NON aux coupes budgétaires en Ville de Genève

Ce 24 septembre 2017, refusons comme l’an passé le programme de démantèlement social et culturel de la droite municipale.

NON aux coupes en Ville de Genève Les coupes dans le budget 2017 totalisent 2,5 millions de francs. Elles s’attaquent à toute une série de services et de prestations qui bénéficient à l’ensemble de la population. Pourtant, le budget proposé par le Conseil administratif présentait un excédent, ce qui révèle une fois de plus que le but visé n’est pas un équilibre budgétaire mais une volonté politique d’amputer les moyens destinés aux prestations publiques. Ces coupes constituent le deuxième volet d’un vaste programme de démantèlement voulu par les partis de droite qui vise à couper, d’ici 2020, au moins 50 millions dans le budget annuel. En juin 2016, lorsque la population a été appelée à se prononcer une première fois contre des coupes budgétaires de plus de 7 millions, c’est par un NON à plus de 60 % que les habitant-e-s ont exprimé leur refus de voir amputer les prestations de la Ville. La population ne s’est pas trompée puisque, lors de la présentation des comptes 2016, le bonni était de 32,5 millions.

Coupes dans les prestations

Cette coupe linéaire d’un million de francs dans les dépenses générales de tous les départements affecterait toutes les prestations, les subventions et l’ensemble du traitement du personnel de la Ville de Genève. Ces coupes entraîneraient des diminutions pour les pompiers, l’entretien des places de jeux et des bâtiments scolaires, les sports, les parcs et promenades, les routes communales, etc. Dans le domaine de l’encouragement à la culture, cela toucherait l’Orchestre de la Suisse Romande, la Bibliothèque de Genève, les Bibliothèques municipales, le Musée d’Ethnographie ou encore les Conservatoires et Jardins botaniques. D’autres prestations pourraient aussi être mises en danger : la Croisière des aîné·e·s, la « Ville est à Vous » ou même des places de crèche !

Coupes dans la solidarité internationale

La Ville de Genève soutient des projets de coopération au développement, d’aide humanitaire et de défense des droits humains dans des pays les plus vulnérables. Ces soutiens vont à des projets concrets gérés par des personnes qui s’engagent directement sur le terrain au bénéfice des populations locales. Couper 340’000 frs dans la solidarité internationale c’est supprimer 12 à 15 projets tels que le fonctionnement de dispensaires ou d’écoles, l’accès à l’eau potable, la lutte contre la torture ou la protection des défenseurs des droits humains. C’est aussi abandonner notre soutien aux communautés villageoises, aux coopératives de femmes et aux organisations de la société civile.

Coupes dans les événements culturels

Cette coupe de 963’160 frs aurait des conséquences aussi bien sur les manifestations culturelles grand public (Fête de la Musique, Nuit des Musées, concerts au parc La Grange) que sur les prestations gratuites fournies par nos institutions culturelles comme les expositions, les musées ou les bibliothèques. La musique, le théâtre, le cinéma, la danse, les arts plastiques, les institutions culturelles emploient non seulement des artistes, mais aussi des artisans, des techniciens, des administrateurs, des électriciens… Sans un soutien public important à la vie culturelle dans son ensemble, ce secteur sera gravement pénalisé en termes d’emplois.

Coupes dans l’allocation de rentrée scolaire

L’allocation de rentrée scolaire est destinée aux familles les plus modestes, domiciliées en Ville de Genève. En accordant 130 francs par an pour un enfant à l’école primaire et 180 francs au Cycle d’Orientation, elle donne un coup de pouce aux familles pour acheter le matériel exigé par l’école en début d’année. Couper 150’000 frs, c’est s’attaquer ici aux familles précarisées.

Valérie Buchs



Documents joints