Pétition du personnel des services publics et du secteur subventionné au Conseil d’Etat genevois

Dans son Projet Financier Quadriennal (PFQ), le Conseil d’État a entériné un effort supplémentaire pour les fonctionnaires qui consiste à suspendre, une fois de plus, deux annuités et à renoncer à l’indexation de nos salaires jusqu’en 2022. Il ne s’agit ni plus ni moins qu’une baisse de pouvoir d’achat programmée.

Le Conseil d’État prétend que ce plan de mesure « préserve l’essentiel et limite les efforts à un niveau admissible ». Afin de le vérifier, nous nous sommes livrés à quelques calculs :

- Ainsi pour une infirmière diplômée qui commencerait cette année en annuité 0, la perte cumulée sur 4 ans de ces deux mesures s’élèverait à plus de CHF 15’000. Alors que pour une aide-soignante confirmée en annuité 8, la perte serait de plus de CHF 22’000 !

En poursuivant nos calculs sur l’ensemble d’une carrière de 30 ans, et en supposant que les annuités et l’indexation soient allouées chaque année dès 2023 conformément à la loi (on peut rêver…), nous projetons une perte de plus de CHF 167’000 pour les nouvelles-aux engagé-e-s.

- De même, pour un enseignant diplômé qui commencerait cette année en annuité 0, la perte cumulée sur 4 ans de ces deux mesures s’élèverait à plus CHF 19’000. Alors que pour un enseignant confirmé en annuité 8, la perte serait de plus de CHF 28’000 !

En poursuivant nos calculs sur l’ensemble d’une carrière de 30 ans, et en supposant que les annuités et l’indexation soient allouées chaque année dès 2023 conformément à la loi (on peut rêver…), nous projetons une perte de plus CHF 200’000 pour les nouvelles-aux engagé-e-s.

- Enfin, pour une aide-soignante diplômée qui commencerait cette année en annuité 0, la perte cumulée sur 4 ans de ces deux mesures s’élèverait à plus de CHF 11’000. Alors que pour une aide-soignante confirmée en annuité 8, la perte serait de plus de CHF 16’000 !

En poursuivant nos calculs sur l’ensemble d’une carrière de 30 ans, et en supposant que les annuités et l’indexation soient allouées chaque année dès 2023 conformément à la loi (on peut rêver…), nous projetons une perte de plus de CHF 122’000 pour les nouvelles-aux engagé-e-s.

- Ceci sans compter les effets induits sur la caisse de retraite et ceux de l’engagement deux classes en-dessous jusqu’à la nomination.

Les pétitionnaires demandent au Conseil d’État
l’application des mécanismes salariaux légaux

A retourner au : Cartel intersyndical, C.P. 5434, 1211 GE 11
Pétition à retourner avant le 19 novembre 2018


Cliquez ici pour télécharger la pétition.



Documents joints

Campagnes