Communiqué de presse du SIT - résultats des votations du 19 mai

Un dimanche gris foncé

Le SIT prend acte avec regret de l’acceptation par les votant-e-s genevois-es de la réforme de l’imposition des bénéfices des entreprises et de la modification de la loi sur l’ouverture des magasins. Deux votes à l’encontre des intérêts des salarié-e-s, tandis que la recapitalisation de la CPEG défendue par les syndicats a, elle, été acceptée.

La multiplication d’objets d’importance cruciale pour les salarié-e-s de ce canton a certainement joué dans ce résultat mitigé : tandis que le patronat et la droite ont mis des millions dans ces campagnes, les forces militantes de gauche, seules sur lesquelles nous pouvons compter, ont été fragmentées et n’ont ainsi pas été en mesure de mener des campagnes à la hauteur des enjeux.

RFFA, le poids de l’AVS

Le résultat sur la RFFA doit sans aucun doute beaucoup au financement additionnel de l’AVS, car c’est là que réside la différence fondamentale avec la RIE3 rejetée par le peuple. Dont acte, sur cette question, nous combattrons avec d’autant plus de détermination toute velléité de relever l’âge de la retraite des femmes. Le vote sur la loi cantonale a également été influencé par le pseudo « équilibre » des deux réformes, et par les fausses promesses des prétendues vertus « dynamiques » des baisses d’impôts. Le SIT se tient donc prêt à combattre les politiques d’austérité qui découleront immanquablement de cette réforme. Ce sont des années de luttes et de grèves qui s’annoncent dans les services publics. Nous continuerons également à nous battre pour une fiscalité juste, à commencer par la bataille encore à mener sur l’initiative « zér0 pertes », qui demeure pertinente malgré le résultat du jour. Car compensations fiscales il peut et il doit y avoir pour maintenir les ressources et les prestations publiques.

Ouverture des magasins : une défaite à l’usure

Le patronat a finalement gagné à l’usure sur l’ouverture des magasins le dimanche, qui plus est le même jour où il empoche un gigantesque cadeau fiscal sur le bénéfice. Nous attendons maintenant que ce patronat passe des paroles aux actes, en redistribuant ce cadeau en créant des emplois, en augmentant les salaires et en garantissant les protections dont les vendeuses et les vendeurs ont besoin. Concrètement, le SIT exige que les organisations patronales acceptent enfin de négocier une nouvelle Convention collective de travail avec les syndicats représentatifs du secteur, et s’opposera à toute extension ultérieure des horaires d’ouverture des magasins.

CPEG : dans l’intérêt des salarié-e-s

C’est la note positive de la journée : dès lors qu’une capitalisation additionnelle de la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève était inévitable, la population n’a pas cru au mensonge du « panier percé » de la droite, et a préféré une solution qui maintienne les rentes des 45’000 salarié-e-s concerné-e-s, tout en favorisant la création de logements abordables pour l’ensemble de la population.

Enfin, le SIT salue l’acceptation de l’augmentation des subsides maladie pour la population, même si l’initiative aurait été préférable au contreprojet, lequel aura également certainement pesé dans l’accptation de la RFFA cantonale.



Campagnes